Irak - Ultimatum aux miliciens chiites

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Irak - Ultimatum aux miliciens chiites

Message  Luke le Mer 26 Mar - 18:16

Le Premier ministre irakien a donné mercredi 72 heures aux partisans de Moqtada Sadr pour déposer les armes


Le Premier ministre Nouri al-Maliki salue un officier à Bassorah (25 mars 2008) © AFP

"Nous n'allons pas poursuivre ceux qui déposent les armes dans les 72 heures. S'ils ne déposent pas les armes, la loi sera appliquée", a annoncé Nouri al-Maliki dans un communiqué lu sur la chaîne nationale al-Iraqiya.

Le Premier ministre est à Bassorah depuis lundi pour diriger une opération visant l'Armée du Mahdi, milice du chiite Moqtada Sadr.

Les combats entre la milice et les forces de sécurité irakiennes ont fait 7 morts et 48 blessés mardi à Bassorah, la capitale pétrolière du sud du pays.

- A Tikrit (nord), l'ancien bastion de Saddam Hussein, 8 civils irakiens dont un juge ont péri dans une frappe de l'aviation américaine. Selon un officier de la police locale, les huit morts appartiennent à une famille dont la maison, située dans le quartier d'Al-Qadissiyah, a été prise pour cible par les appareils américains.

- A Bagdad, au moins 20 personnes ont été tuées et 115 blessées dans des affrontements entre les troupes américaines et irakiennes et les combattants de Moqtada Sadr dans le bastion de la milice à Bagdad depuis mardi, ont indiqué mercredi des sources de sécurité. En outre, une série d'attaques d'obus de mortier a fait au moins 5 morts et plus d'une dizaine de blessés.

Mardi, les troupes irakiennes ont lancé une opération de grande envergure à Bassorah contre les groupes armés. Le Premier ministre Nouri el-Maliki s'est rendu en personne dans la grande ville du sud pour superviser l'opération contre les combattants de "l'armée du Mahdi" du leader radical Moqtada Sadr. Les Britanniques, présents dans la région, n'y participent pas, a affirmé un officier britannique.

Un couvre-feu avait été imposé lundi soir à Bassorah, principal centre pétrolier d'Irak et théâtre d'une lutte d'influence entre différentes factions chiites depuis le retrait, à la mi-décembre, des forces britanniques qui l'occupaient depuis mars 2003. "Bassorah est à moitié vide. Il n'y a aucun véhicule et personne ne part travailler. Les gens ont peur de sortir", a indiqué un responsable militaire de la ville cité par Reuters, sous couvert de l'anonymat. Des dizaines de blessés affluaient dans les hôpitaux, dont certains sont saturés, selon des sources médicales.

Source : France2.fr

Luke
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum